Estinnes et ses villages

Introduction

Estinnes, terre de contraste en vérité où se côtoient au hasard des chemins de traverse, au détour des vallons, pierres néolithiques, passage à gué, abbaye prestigieuse, chapelles votives, kiosque renaissant, petit théâtre de fortune, chroniqueur célèbre…
Ces villages (Croix-lez-Rouveroy, Estinnes-au-Mont, Estinnes-au-Val, Fauroeulx, Haulchin, Peissant, Rouveroy, Vellereille-le-Sec et Vellereille-les-Brayeux) regorgent de monuments, de sites d’intérêt et de promenades.

Site Internet de la Maison du Tourisme Parc des Canaux et Châteaux

Les villages

Située dans la Région du Centre, qui avant la fusion des communes, en 1977, s’étendait du Nord au Sud, de Hennuyères à Vellereille-les-Brayeux et de l’Ouest à l’Est, de Casteau à Pont-à-Celles, à 15 Km de Mons, 21 Km de Thuin et à 26 Km de Charleroi, la commune d’Estinnes fait partie de l’arrondissement de Thuin.

Formée de neuf villages (Croix-lez-Rouveroy, Estinnes-au-Mont, Estinnes-au-Val, Fauroeulx, Haulchin, Peissant, Rouveroy, Vellereille-le-Sec et Vellereille-les-Brayeux) depuis la fusion des communes en 1977, Estinnes regorge de monuments, de sites d’intérêt et de promenades ainsi que de grands espaces ruraux.

Estinnes-au-Mont – Estinnes-au-Val

La vallée de la Haine a connu une occupation importante pendant la période romaine et le haut Moyen-Age, la raison étant la proximité de la voie romaine (chaussée Brunehault) Bavay-Cologne. C’est en 744 que Carloman 1er convoque un synode, réunissant le haut clergé et l’aristocratie. A l’époque carolingienne, Estinnes constituait une villa royale. Les guerres et les envahisseurs détruisirent à plusieurs reprisent le village. Le ruisseau des Estinnes va jouer un rôle important dans l’implantation de la future cité ; on parle déjà au 8ème siècle de constructions importantes le long du ruisseau. Estinnes va former une cellule foncière remarquable dans la région jusqu’au 13ème siècle. Certains auteurs avancent la thèse qu’il du plus grand complexe domanial que les maîtres du Hainaut possédaient dans cette région. Au point de vue paroissial, vers le milieu du 10ème siècle, des actes mentionnent la scission des deux paroisses Estinne-au-Mont et Estinnes-au-Val. Au 13ème siècle, Estinnes-au-Val se détache de la commune voisine de Bray, de même la commune de Vellereille-lez-Brayeux se sépare d’Estinnes-au-Mont au 14ème siècle. En ce qui concerne Fauroeulx la séparation ne se fera que beaucoup plus tard (début19ème siècle). Au début du 13ème siècle, l’Abbaye de Bonne-Espérance va devenir le moteur de la vie économique et sociale de la région.

Croix-lez-Rouveroy

estinnes04Si les environs de la localité furent habités dès l’époque romaine, on ne retrouve qu’au 9ème siècle dans certains écrits de l’Abbaye de Lobbes, la première mention de son nom. Au 12ème siècle, une famille de Croix, dont les biens semblaient considérables, y habita. C’est un membre de cette famille que nous devons l’édification, en 1125, de l’Abbaye de Bonne-Espérance. Le magnifique château de Croix, fierté des habitants du village, fut habité jusqu’au début du siècle, puis abandonné et enfin démoli.

Fauroeulx

Plusieurs significations au nom  » FAUROEULX  » Une parmi tant d’autres : Fauroeulx signifierait  » essart de la foutelaie « , c’est-à-dire terres où l’on a défriché des hêtres. Le village ne prendra son indépendance que très tard (voir histoire d’Estinnes), l’église fut construite que fin 1862. La gare de Fauroeulx fut un nœud de communications et d’activités intenses durant plus d’un siècle. (croisement des lignes ferroviaires 108 et 109).

Haulchin

Différents écrits signalent déjà le nom du village au 7ème siècle. Ce n’est cependant que vers le milieu du 12ème siècle qu’Haulchin est doté d’une institution communale.

Peissant

Pescentum, dérivé du latin pascere qui signifie paître. Certains parlent de Piscant village du pêcheur parce qu’il y avait beaucoup d’étangs. L’histoire raconte que Peissant fut cédé au 11ème siècle par l’Evêque de Cambrai à l’Abbaye de Lobbes. Vers la fin du 17ème siècle, le Comte de Corswarem est déclaré Seigneur de Peissant. C’est en 1884 que le château fut détruit et ses dépendances rasées.

Rouveroy

maisonvellereillelesecLieu des Rouvres (petits chênes), ce village forma longtemps une seigneurie relevant de la cour féodale de Mons. A partir du 12ème siècle, cette seigneurie va passer par différentes familles ; au 15ème siècle, la famille  » de Bousies  » y jouera un rôle marquant dans l’histoire du village. Rouveroy est le seul village de l’entité qui, victime de l’exode rural, perdra la moitié de sa population en une centaine d’années.

Vellereille-les-Brayeux

Vellereille est un diminutif de villa qui signifie petit village. On y ajouta la dénomination Les-Brayeux (c’est-à-dire humide) par opposition à VELLEREILLE-LE-SEC.
Ce village formait, au 12ème siècle, une seigneurie qui appartenait aux Sires de Barbençon puis aux châtelains de Beaumont. L’abbaye fut fondée au début du 12ème siècle, survécut à la révolution française et contribua fortement à la vie du village.

Vellereille-le-Sec

Ce plus petit village de l’entité est bâti au sommet d’un plateau perméable crayeux où l’eau fait souvent défaut d’où le qualificatif  » le-Sec « . Propriété de l’Abbaye de Lobbes, le nom du village apparaît déjà au 9ème siècle dans certains écrits. A partir du 13ème siècle apparaissent différents noms de seigneurs de Vellereille : les Fastre de Noirchin, les Espiennes, les Ardembourg, les Vanderburch et enfin les Tahon de la Motte.
Tourisme

 

Histoire

OLYMPUS DIGITAL CAMERAA l’époque du néolithique, le relief de la zone limoneuse était déjà le même que celui que nous connaissons aujourd’hui. De vastes forêts couvraient la zone.

A l’époque romaine, le principal axe de circulation dans la zone limoneuse était Boulogne-Bavay-Cologne ; il était vital sur le plan militaire car il ouvrait aux troupes un passage vers la mer et le Rhin.

Desservie directement par cet axe, Estinnes possède de nombreux vestiges appartenant à l’époque gallo-romaine dont un camp romain, ce qui confirme une occupation humaine importante entre les Ier et IVème siècles.

La proximité de cet axe et la présence de bonnes terres fertiles ont favorisé le développement de l’agriculture dès l’époque romaine. De multiples établissements agricoles se sont développés ; ils communiquaient entre eux par des chemins secondaires (diverticules) qui sont à l’origine du réseau actuel de chemins vicinaux. L’époque romaine a donc directement contribué à façonner le paysage que nous connaissons aujourd’hui (disparition de la forêt au profit de l’agriculture).

Hélas !, les invasions des Vandales, des Burgondes et des Suèves débutèrent dès le 5ème siècle, ruinèrent la belle civilisation gallo-romaine, ouvrirent une période d’incertitudes et de troubles et provoquèrent la dégradation du potentiel économique de la région.

L’histoire d’Estinnes reprendra cependant dès le haut Moyen Age.